Art au
Centre
Genève

2e édition
08.12.22–
05.03.23

Parcours
d'expositions
dans la ville

20 vitrines
20 artistes
10 commissaires

Zahrasadat Hakim
Sur une invitation deZabriskie X LIMBO

Les vies multiples données aux objets ou aux plantes sont un motif récurrent du travail de Zahrasadat Hakim. Dans une performance présentée en 2020, des éclats de vases brisés sont étalés sur le sol. Au creux des brisures se trouve de la terre qui accueille des jeunes cyprès arrosés à la main par l’artiste. Dans la littérature iranienne, ces arbres sont symbole d’éternité, de résistance et sont pensés comme des plantes qui pousseront éternellement droit, ils ne pencheront jamais d’un côté ou de l’autre. Ces éclats de céramiques sont les restes de vases montrés une année plus tôt. Après cette performance Zahra Hakim réutilisera ces morceaux dans d’autres pièces et finiront au fond de pots de plantes, servant à oxygéner la terre. Ses productions deviennent le terreau des prochaines.
Lire le texte de Alix Debraine dans son intégralité ICI

© Isabelle Meister (portrait)
© Zahrasadat Hakim

Né en 1983 en Iran de parents irakiens, Zahrasadat Hakim est une artiste visuelle diplômée d’un master à la HEAD-Genève en 2022. Son expérience personnelle est marquée par la mémoire de la guerre, ayant vécu le conflit entre Irak et Iran durant les premiers cinq ans de sa vie. Ainsi les nombreux déplacements, intentionnels et non intentionnels, qui se sont succédés ainsi que les différents villes et pays où elle a vécu ont façonné son regard sur le monde. Basée à Genève depuis 2011, elle travaille avec divers médiums tels que le bois et la peinture mais aussi le tissage et la céramique qu’elle approche volontairement en autodidacte. Elle articule objets et artefacts dans ses installations, se concentrant sur les questions d'appartenance, de résistance, de continuité, de soin et de féminité à travers ses souvenirs, ses rêves et ses observations. La plupart du temps, ses œuvres sont également liées à des lieux temporaires qu’elle vient aménager pour imaginer un nouvel espace de vie voué à disparaitre. Depuis plusieurs années elle compose une série d’œuvres en céramique intitulée «In search of lost places», sorte de maquettes prenant forme des bribes de ses souvenirs. 

Instagram @zahra_hakimm

vitrine mise à disposition par Confédération Centre à travers le bureau CBRE (contact ines.debavier@cbre.com pour la location)

Zahrasadat Hakim

bientôt disponible